Régions du Québec : bientôt la fin du confinement

Régions du Québec : bientôt la fin du confinement

Pendant ces journées d’isolement forcé, retrouvez les dernières nouvelles sur le front de la Covid-19, ici et ailleurs.

Les nouvelles du jour

Fin des barrages dans plusieurs régions du Québec

Certaines régions du Québec vont pouvoir rouvrir à partir du 4 mai.  Elles avaient commencé à être fermées fin mars. Ces dernières semaines, les résidents qui vivent là étaient les seuls à avoir le droit d’y habiter. Le but était d’éviter la propagation du virus par des personnes venues de régions plus contaminées comme le Grand Montréal. 

Ces régions seront rouvertes seulement si la situation de la COVID-19 reste stable. Aucune date de réouverture n’a été annoncée pour les autres régions, comme Montréal ou l’Estrie. 

Malgré ces assouplissements, la population doit continuer à être prudente. Il faudra se déplacer entre les régions seulement pour des besoins essentiels. Les rassemblements intérieurs et extérieurs sont toujours interdits

Les régions qui rouvrent:

À partir du 4 mai : Les Laurentides, Lanaudière, Chaudière-Appalaches et la ville de Rouyn-Noranda, en Abitibi. 

À partir du 11 mai : La région de l’Outaouais, sauf la ville de Gatineau, l’Abitibi-Témiscamingue, La Tuque et le Saguenay-Lac-Saint-Jean.

À partir du 18 mai : Le Bas-Saint-Laurent, la Gaspésie, les Îles-de-la-Madeleine, Charlevoix et la Côte-Nord. 

Des quartiers plus touchés que d’autres

Rivière-des-Prairies, Saint-Michel, Montréal-Nord… Plusieurs quartiers de Montréal comptent plus de cas de COVID-19 que les autres. À Montréal-Nord, près de 1200 personnes sont contaminées, soit 10% du nombre total de cas à Montréal. 

Montréal-Nord abrite beaucoup de travailleurs dans la santé et dans l’alimentation. Ils sont plus exposés au virus à cause de leur activité. Parmi les habitants contaminés, 40% sont des aînés et des travailleurs de la santé

Montréal-Nord est aussi un quartier défavorisé (pauvre). Les logements sont généralement petits et de grandes familles partagent ces petits espaces. Le virus se transmet plus facilement dans ces conditions. 

Des corridors sanitaires vont être mis en place pour tenter de réduire l’épidémie. Il s’agit de trottoirs élargis pour éviter que les passants se croisent de trop près. Des brigades de prévention parcourront aussi l’arrondissement pour rappeler les consignes de sécurité aux habitants. L’ensemble de la population de Montréal Nord devrait être testée dans les prochains jours.

Le bilan du jour

Aujourd’hui, le Canada compte 51 230 personnes infectées par le coronavirus, dont 26 594 au Québec. Jusqu’à maintenant, 3054 malades sont morts dans le pays, dont 1761 au Québec. Dans le monde, plus de 3,1 millions de personnes ont été atteintes et plus de 224 700 sont mortes.


Comment ça se passe ailleurs ?

Protéger l’environnement après la COVID-19

Le Fonds monétaire international (FMI) espère que les pays profiteront de la crise pour penser à l’environnement. Le FMI est un organisme financier qui regroupe des pays du monde entier.

Les pays vont rencontrer des difficultés économiques à cause de la COVID-19 : des entreprises sont fermées et ont perdu beaucoup d’argent, de nombreux travailleurs ont perdu leur travail, les gouvernements ont dépensé des sommes importantes pour les aider.

Quand la crise de l’épidémie sera terminée, les pays devront se relever de ces difficultés. Le FMI estime qu’ils devront en profiter pour prendre des mesures contre la crise climatique. Les gouvernements pourraient par exemple investir dans le transport électrique, l’agriculture durable

Amérique latine : une crise alimentaire à cause de la COVID-19 ?

Le nombre de personnes qui souffrent de la faim dans le monde pourrait doubler d’ici la fin de l’année.  À cause de la pandémie, il pourrait atteindre  250 millions d’ici la fin de 2020. 

L’Amérique latine risque de faire partie des régions les plus touchées. L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) redoute que la crise de la COVID-19 devienne une crise alimentaire

Plusieurs pays ont déjà des difficultés alimentaires depuis plusieurs années. La crise de la COVID-19 risque d’empirer la situation. La nourriture peine à atteindre les habitants parce que le transport est limité à cause des mesures sanitaires. 

La FAO souhaite que les gouvernements déclarent l’alimentation et l’agriculture comme des services essentiels. Cela pourrait permettre de garder le système alimentaire en marche et éviter les pénuries (manques). 
À ce jour, l’Amérique latine compte plus de 175 000 cas de contamination à la COVID-19 et 8 700 personnes en sont mortes.


Un jour, un chiffre

65%

C’est le pourcentage de parents québécois qui ont l’intention de renvoyer leurs enfants à l’école. Ils sont d’accord avec un retour en classe à partir du 11 mai, d’après un sondage SOM-Cogeco sur la COVID-19. Au total, 1006 adultes ont répondu aux questions.

53% des parents sont peu ou pas inquiets que leurs enfants soient infectés par la COVID-19. Un peu moins de la moitié des personnes interrogées pensent que les élèves du secondaire auraient aussi dû retourner en classe.

Les questions du jour

Merci pour vos nombreuses questions. Continuez de nous lire : nous y répondrons dans nos prochains articles. Beaucoup portent sur les détails du retour à l’école. Malheureusement, il est trop tôt pour avoir ces réponses. Nous ferons le point dès que la situation sera plus claire !

Aujourd’hui, on répond aux questions de Youstina

Est-ce qu’il y a un médicament pour ce virus ?

Non, il n’y a pas encore de médicament contre la COVID-19. De nombreux chercheurs partout dans le monde travaillent en ce moment pour en développer. Ils essaient aussi de créer un vaccin qui pourrait être disponible dans un an à un an et demi. 

Est-ce que c’est vrai qu’on va retourner à l’école en mai ?

Oui. Le premier ministre du Québec, François Legault, l’a annoncé lundi. Les écoles vont rouvrir à partir du 11 mai, sauf pour celles qui sont situées dans le grand Montréal qui pourront reprendre à partir du 19 mai. Voici les villes dont les écoles rouvriront le 19 mai : ICI.

L’école ne sera pas obligatoire. Les parents auront le choix d’y envoyer leurs enfants ou non. Il est recommandé pour les enfants malades ou qui ont des parents fragiles de rester chez eux. Il n’y aura que 15 élèves par classe et la distanciation sociale devra être respectée

Avant que les écoles rouvrent, le gouvernement va s’assurer que la situation avec le coronavirus est stable, sinon il pourrait changer d’avis. 

Est-ce qu’on a le droit de faire du bicycle avec nos amis ou de marcher dehors par exemple ?

Il faut éviter de sortir le plus possible. Mais il est autorisé de marcher ou de faire du vélo pour prendre un peu l’air.

Par contre, les rassemblements sont encore interdits. Tu ne peux pas voir tes ami(e)s et faire des activités avec eux.

→ Et toi, as-tu une question à nous poser ?
Si oui, écris-nous sur info@lecurieux.info. On y répondra dans nos prochains articles !

Pour en savoir plus sur la COVID-19, tu peux télécharger gratuitement notre dossier : en français, ICI, en anglais, ICI et en espagnol, ICI.

Lis aussi nos toute nouvelles fiches pour faire le tour d’une question d’actualité en un clin d’oeil ! Comment gérer son stress ? : ICI ; Pourquoi le chômage augmente-t-il ? : ICI

Textes : Anne Gaignaire et Léa Villalba
Visuel de la rubrique : Amélie Bérubé

Merci à The Noun Project pour les illustrations.

Léa Villalba

Laisser un commentaire

Notre dossier du mois d'avril est disponible !Lisez les 6 interdits et nos 6 conseils 😊