La vie reprend bientôt au Québec.. tout doucement

La vie reprend bientôt au Québec.. tout doucement

Pendant ces journées d’isolement forcé, retrouvez les dernières nouvelles sur le front de la Covid-19, ici et ailleurs.

Les nouvelles du jour

Réouverture des commerces au Québec

Bonne nouvelle pour 500 000 Québécois : ils vont pouvoir recommencer à travailler en mai. Les commerces qui ont une entrée extérieure rouvriront leurs portes le 4 mai pour l’ensemble du Québec et le 11 mai pour les autres régions du Québec.

Les chantiers de construction et les entreprises manufacturières (fabrication de vêtements, de papier, de carton, de meubles, de plastique, etc.) reprendront aussi leur activité le 11 mai. Mais les entreprises devront garantir la distanciation sociale, notamment en réduisant le nombre d’employés qui travaillent en même temps. 

Les centres commerciaux, les restaurants, les salons de coiffure, d’esthétique, les salles de spectacle, les musées, les cinémas et les lieux touristiques restent fermés pour l’instant.

CHSLD : les personnalités québécoises se mobilisent

Plusieurs personnalités québécoises viennent en aide au personnel soignant durant cette crise sanitaire. C’est notamment le cas du joueur de la National Football League (NFL) et gagnant du dernier Super Bowl, Laurent Duvernay-Tardif. Il a obtenu son doctorat en médecine de l’Université McGill en 2018. Il remplit les tâches de préposé aux bénéficiaires et d’infirmier dans un CHSLD (Centre d’hébergement et de soins de longue durée) de la Montérégie. 

L’ancienne patineuse artistique Joannie Rochette prête elle aussi main-forte dans un CHSLD. Elle a récemment décroché son diplôme en médecine.Quelques mois après avoir remporté son titre, la boxeuse Kim Clavel travaille quant à elle en tant qu’infirmière dans un CHSLD. C’était son métier avant de devenir boxeuse professionnelle.

Le bilan du jour

Aujourd’hui, le Canada compte 49 600 personnes infectées par le coronavirus, dont 25 757 au Québec. Jusqu’à maintenant, 2929 malades sont morts dans le pays, dont 1682 au Québec. Dans le monde, plus de 3 millions de personnes ont été atteintes et plus de 213 800 sont mortes.


Comment ça se passe ailleurs ?

À quoi ressemble le retour à l’école dans le monde ?

La France vient d’expliquer comment allait se passer la réouverture progressive des écoles maternelles et primaires. Elle s’ajoute à la liste des pays qui renvoient leurs élèves en classe comme le Danemark, le Japon, la Chine, l’Allemagne, la Suède et bien d’autres. 

Selon l’UNESCO*, seulement une dizaine de pays auraient gardé leurs écoles ouvertes au mois d’avril. Mais en mai, la tendance s’inverse.

La crainte, c’est que les écoles deviennent des foyers de contamination du coronavirus. Cela veut dire que les enfants pourraient apporter le virus chez eux et contaminer leurs parents et d’autres personnes. Des mesures de prévention ont donc été prises.

Par exemple, à Taïwan, près de la Chine, la température des élèves et des enseignants est prise chaque matin. Le port du masque est aussi obligatoire pour tous les enfants, comme au Nicaragua. Enfin, à l’heure du dîner, les tables sont séparées par des cloisons pour garantir la distanciation sociale, comme en Chine. 

Le nombre d’élèves par classe est limité, notamment en Allemagne et en Norvège. Les locaux sont aussi aménagés pour garantir la distance de sécurité (2 mètres) entre chaque élève.

Dans certaines écoles, les classes sont désinfectées tous les matins comme à Pékin, en Chine. Du gel hydroalcoolique peut aussi être distribué aux élèves. De jeunes moines bouddhistes étudient à Bangkok avec des visières devant leurs visages. 

*UNESCO : l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture

Israël : des communautés rebelles au confinement

Israël, au Moyen-Orient, a réagi rapidement pour se protéger de l’épidémie. Mais certaines communautés n’étaient pas d’accord avec le confinement. 

Certaines sont opposées au gouvernement de leur pays et elles n’ont pas voulu respecter les mesures qu’il imposait. Il s’agit principalement de communautés très croyantes, qui respectent des règles strictes de la religion. On les appelle les ultra-orthodoxes. Elles représentent 10% de la population israélienne. Leurs membres ont continué à se rendre aux synagogues (les lieux de prière juifs) et à l’école religieuse.

Elles ont été encouragées dans ce comportement par le ministre de la Santé, Yaakov Litzman. Il fait lui-même partie de la communauté ultra orthodoxe. Il voulait garder ouvertes les synagogues et les écoles religieuses contre l’avis de ses conseillers.

Les Israéliens le tiennent responsable de la propagation de l’épidémie dans ces communautés. Ils sont 70% à vouloir sa démission. Il a demandé à changer de ministère dimanche dernier. 

Au début du mois, un tiers des malades israéliens étaient des ultra-orthodoxes. Dans le quartier Méa Shéarim, à Jérusalem, la propagation de la COVID-19 a été huit fois plus importante que dans le reste du pays.


Un jour, un chiffre

60%

C’est le nombre de Canadiens qui souhaitent que le vaccin contre la COVID-19 soit obligatoire. Lorsqu’un vaccin existera, faudra-t-il que tout le monde soit obligé de se faire vacciner ? C’est la question qui se pose.

Au total, 40% des 1504 personnes interrogées pensent qu’il faudrait laisser le choix à chacun de se faire vacciner ou non. Les personnes plus âgées sont généralement plus favorables à un vaccin obligatoire. Il faut dire que ce sont les plus touchées gravement par le virus.Des laboratoires partout sur la planète travaillent actuellement sur la recherche d’un vaccin. Il ne pourra être disponible que d’ici un an ou un an et demi.

La question du jour

Merci pour vos nombreuses questions. Continuez de nous lire : nous y répondrons dans nos prochains articles. Beaucoup portent sur les détails du retour à l’école. Malheureusement, il est trop tôt pour avoir ces réponses. Nous ferons le point dès que la situation sera plus claire !

Est-il vrai que le coronavirus ne peut pas toucher l’Afrique ?

Une question d’Élysée Deirdre

Non. Le coronavirus est aussi présent en Afrique. Il est arrivé quelques semaines après avoir touché l’Europe. Dans plusieurs pays, des mesures sanitaires ont été mises en place : fermeture des frontières, état d’urgence, port du masque, réduction des déplacements, confinement, écoles fermées, couvre-feu … 

Cependant, ces mesures sont difficiles à garantir. Certains quartiers sont tellement peuplés que la distanciation sociale est impossible. De plus, pour certaines populations pauvres, rester chez soi signifie mourir de faim : sans travail, elles ne peuvent pas se nourrir. 

L’Afrique reste l’un des continents les moins touchés par la pandémie, mais très peu de tests sont effectués. Beaucoup redoutent (ont peur) que la pandémie soit plus grave que ce qu’il paraît

Or, de nombreux pays ont un système de santé fragile. Par exemple, il y a environ 5 lits disponibles en soins intensifs pour 1 million d’habitants en moyenne en Afrique contre 4000 en Europe. L’épidémie pourrait donc avoir des conséquences graves.

À ce jour, l’Afrique compte environ 32000 cas de coronavirus et 1428 personnes en sont mortes

→ Et toi, as-tu une question à nous poser ?
Si oui, écris-nous sur info@lecurieux.info. On y répondra dans nos prochains articles !

Pour en savoir plus sur la COVID-19, tu peux télécharger gratuitement notre dossier : en français, ICI, en anglais, ICI et en espagnol, ICI.

Lis aussi nos toute nouvelles fiches pour faire le tour d’une question d’actualité en un clin d’oeil ! Comment gérer son stress ? : ICI ; Pourquoi le chômage augmente-t-il ? : ICI

Textes : Anne Gaignaire et Léa Villalba
Visuel de la rubrique : Amélie Bérubé

Merci à The Noun Project pour les illustrations.

Léa Villalba

Laisser un commentaire

Notre dossier du mois d'avril est disponible !Lisez les 6 interdits et nos 6 conseils 😊